Apple réclame des dommages et intérêts à Epic Games

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

La bataille juridique entre Apple et Epic Games se poursuit. Apple a déposé un nouveau document auprès de la justice, dans lequel la firme réclame le paiement de « dommages à titre de compensation et de punition » de la part d’Epic Games pour avoir enfreint les règles de l’App Store.
Consultable ici, ce document est une réponse à la requête déposée vendredi dernier par Epic Games, qui demande à la justice américaine d’obliger Apple à réintégrer Fortnite sur l’App Store le temps du procès.
Le 13 août dernier, Epic Games a tenté de contourner le système de paiement d’iOS – et donc la commission de 30% prélevée par Apple sur chaque microtransaction – et a intenté un procès au fabricant de l’iPhone, qu’il accuse d’abus de position dominante. Apple a dans la foulée banni Fortnite de l’App Store, puis fermé le compte développeur d’Epic Games, en épargnant l’Unreal Engine comme exigé par le tribunal.
Pour Apple, « le procès intenté par Epic n’est jamais qu’un désaccord financier basique ». La firme fait remarquer qu’Epic « a profité de l’App Store pendant des années », Fortnite ayant généré plus de 500 millions de dollars sur iOS (et plus de 130 millions de téléchargements), avant de demander « un traitement de faveur ».
Bien qu’Epic veuille se faire passer pour un Robin des Bois moderne des entreprises, c’est en réalité une société qui vaut plusieurs milliards de dollars et qui ne veut rien payer pour l’App Store, même si elle en dégage énormément de valeur. Les demandes de traitement de faveur et les cris de « représailles » d’Epic ne peuvent pas être conciliés avec sa violation flagrante du contrat et ses propres pratiques commerciales, car elle obtient des milliards en prenant des commissions sur les ventes des développeurs de jeux et en faisant payer aux consommateurs jusqu’à 99,99$ pour des lots de V-Bucks. Pendant des années, Epic a profité de tout ce que l’App Store avait à offrir. Elle a utilisé les outils, la technologie, les logiciels, les opportunités marketing et la clientèle qu’Apple lui a fournis pour pouvoir proposer des jeux comme Infinity Blade et Fortnite aux clients Apple du monde entier. Elle a profité des énormes ressources qu’Apple met dans son App Store pour innover en permanence, créer de nouvelles opportunités pour les développeurs et de nouvelles expériences pour les clients, ainsi que pour examiner et approuver chaque application, faisant de l’App Store un endroit sécurisé pour les clients et les développeurs (…) Cette Cour devrait tenir Epic à ses promesses contractuelles, accorder à Apple des dommages-intérêts compensatoires et punitifs, et interdire à Epic de se livrer à d’autres pratiques commerciales déloyales. Apple.
Rappelons que le 24 août, la juge Yvonne Gonzalez Rogers a rendu un verdict temporaire, estimant qu’Apple était dans son droit en bannissant Fortnite de l’App Store. Epic Games n’en démord pas et compte bien poursuivre sa croisade pour « libérer les consommateurs et les développeurs de l’emprise monopolistique d’Apple sur la distribution d’applications et les paiements sous iOS », peut-on lire dans la plainte de vendredi dernier. Apple et Epic Games se retrouveront à nouveau devant le tribunal le 28 septembre prochain.
Source : The Verge
À lire également :
* Epic Games et Apple : Le compte d’Epic Games fermé par Apple
* Epic Games et Apple : Le tribunal a rendu un verdict temporaire
* Apple s’oppose à la requête d’injonction d’Epic et évoque « des blessures auto-infligées »
* Billet : Epic n’est pas aussi irréprochable qu’il voudrait le faire croire
* Fortnite retiré de l’App Store et du Play Store, Epic Games engage des actions en justice

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*