Arduino nano : tout savoir sur cette carte microcontrôleur

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Cet article est paru en premier sur https://www.objetconnecte.com/electroniques-tout-savoir/

Pouvoir créer des systèmes électroniques de manière simple, rapide et accessible en utilisant un langage de programmation ? C’est ce que propose Arduino. S’adressant tout particulièrement aux non-techniciens et  néophytes, la plateforme permet non seulement de s’initier à la programmation et l’électronique embarquées. Mais, elle permet également de réaliser et prototyper une large gamme de projets électroniques. Et pour offrir encore plus de possibilités, Arduino propose désormais la carte de développement Arduino nano, la version réduite de la célèbre Arduino Uno. 

A l’heure où la technologie se développe à une vitesse exponentielle, de plus en plus de passionnés d’électronique et de programmation souhaitent monter leur propre projet électronique. Et cela, sans avoir à réaliser des circuits électroniques complexes avec des fils et des composants à relier entre eux. C’est désormais possible avec Arduino Nano.

La carte Arduino nano fait aujourd’hui partie des cartes de développement les plus fiables du marché. Elle permet non seulement d’exécuter un programme complet, mais se présente également comme la solution la plus pour contrôler l’électronique.

Arduino nano : de quoi il s’agit ?

Proposée par Arduino, la plateforme de création électronique open source basée sur les cartes microcontrôleurs et un logiciel multiplateforme exécutable sur les systèmes d’exploitation Windows, Macintosh OSX et Linux, Arduino nano est une carte microcontrôleur prête à l’emploi et entièrement programmable avec lequel l’utilisateur peut piloter et créer tout ce qu’il souhaite.

 

Petite par sa taille mais véritable couteau suisse par ses fonctionnalités, cette carte de développement offre une myriade de possibilités. En effet, avec Arduino nano, vous pouvez mettre en œuvre un large panel de projets électroniques et vous familiariser avec les microcontrôleurs.

De la fabrication des robots à la gestion des caméras, en passant par le développement d’une station météorologique, le contrôle des appareils domestiques, la création des jeux de lumières ou d’un système de reconnaissance d’empreintes digitales, la commande à distance des appareils mobiles… Arduino nano propose une infinité d’utilisations.

Dans les détails, Arduino nano est une petite carte de développement basée sur contrôleur  ATmega328 qui contient un bootloader. Celui-ci permet de modifier un programme sans avoir à passer par un programmateur.  En outre, la carte de développement propose des fonctions similaires à celle de Arduino UNO.

Les caractéristiques techniques de la carte

Bien que l’Arduino nano embarque les mêmes fonctionnalités que sa grande sœur et peut  qu’elle être programmé avec le même logiciel multiplateforme, il ne s’agit en aucun cas d’une assiette miniaturisée de Arduino UNO. En effet, la carte microcontrôleur présente des caractéristiques techniques qui lui sont propres et différentes des autres. Les voici :

  • Microcontrôleur : Atmel ATmega328p de la famille AVR 8 bits.
  • Fréquence de fonctionnement : 16 MHz
  • Poids total : 7 g
  • Dimension : 18 x 45 mm
  • Mémoire flash :  16 Ko ou 32 Ko (idéal pour les systèmes embarqués ou les applications multitâches)
  • SRAM : 2 Ko
  • EEPROM : 1 Ko
  • Tension d’alimentation : 5v
  • Tension d’entrée :  7 à 12v
  • Consommation électrique : 19 mA
  • Logiciel de programmation : IDE Arduino
  • Nombre de broches numériques : 14 avec des fonctions pinMode, digitalWrite e t digitalRead
  • Broches analogique : 8 broches avec fonction analogRead
  • Nombres de broches de réinitialisation : 2
  • Nombre broches d’alimentation : 6 (Vcc et GND)
  • Résistance de pull-up interne des broches :  20-50 kOhms
  • Boîtier : DIL30
  • Pas de prise de courant continu.
  • Alimentation principale et port de programmation : Câble USB Mini-B
  • Supporte trois communications comme SPI, IIC, et USART

 

A noter que certaines broches de l’Arduino nano intègrent des fonctions spécifiques. Telles que :

  • Série : les broches 0 (RX)  pour recevoir des données TTL et 1 (TX) pour transmettre les données. Elles sont connectées aux broches correspondantes de la puce FTDI USB-TTL.
  • Alarmes externes : les broches 2 et 3. Elles peuvent être configurées pour activer une interruption sur une valeur basse, un front montant ou descendant ou une modification de valeur
  • Language SPI : broches 10 (SS), 11 (MOSI), 12 (MISO) et 13 (SCK)

Arduino nano : mode d’emploi

Arduino nano s’utilise de la même manière que les autres cartes Arduino. Pour la mise en route, la carte Nano doit être branchée à un ordinateur via le câble mini-USB. Mais avant cela, il faudra télécharger et installer le logiciel Arduino ainsi que les différents pilotes pour établir la communication avec l’ordinateur.

Une fois le logiciel et les pilotes installés et la carte connectée, l’étape suivante consiste à lancer le logiciel et choisir la bonne carte et le bon port. Ensuite, l’utilisateur n’a plus qu’à téléverser son programme dans le logiciel.

microcontroleur

En ce qui concerne l’alimentation, Arduino Nano peut être alimenté soit via la connexion USB soit par une alimentation externe régulée 5 V (broche 27) ou une alimentation externe non régulée 6-20V (broche 30). Dans tous les cas, source de tension la plus élevée sera automatiquement sélectionnée

Les avantages et les inconvénients

Si Arduino nano fait aujourd’hui partie des premiers choix des développeurs et des amateurs de projet DIY, c’est parce que cette carte microcontrôleur offre des avantages indéniables et se présente comme l’une des meilleures alternatives pour apprendre à coder avec l’IDE Arduino.

Tout d’abord, Arduino nano est compatible avec toutes sortes de composants électroniques. Ainsi, vous n’avez aucune limitation dans vos projets électroniques. Si ce n’est les limites maximales de courant et de tension qu’il prend en charge. De plus, très simple à utiliser et ultra-flexible, elle s’insère très facilement sur un breadboard et peut être souder sur des cartes électroniques.

Ensuite, avec son chargeur de démarrage intégré, la carte ne nécessite pas de chargeur pour compiler et enregistrer les programmes. Ajoutons à cela son petit format qui lui permet de s’adapter aisément aux systèmes électroniques embarqués et légers ainsi  qu’aux projets qui nécessitent un espace très restreint.

Carte microcontrôleur

 

Par ailleurs, comme il s’agit de la version réduite de Arduino UNO, elle consomme moins d’énergie et optimise l’espace pour loger la carte. Et cela, tout en garantissant les mêmes performances. Le tout avec un prix bien plus accessible.

Enfin, en optant pour Arduino nano, l’utilisateur peut compter sur une communauté dynamique et réactive pour l’aider dans la réalisation de son projet. Il a entre autres accès à de nombreuses sources d’informations et des liens utiles pour  surmonter toutes les difficultés.

Évidemment, si la carte Arduino Nano présente des avantages, elle n’est pas non plus exempte d’inconvénients. Parmi lesquels :

  • Le manque d’options de connectivité (pas de fonctionnalité Wi-Fi ou Bluetooth)
  • Pas assez de mémoire ce qui la rend incompatible avec des projets liés à la robotique ou aux builds avec des interfaces utilisateurs complexes
  • Un horloge calibrée à 16 MHz qui ne répond pas toujours aux exigences des processus avancés

Cet article Arduino nano : tout savoir sur cette carte microcontrôleur est apparu en premier sur Objetconnecte.com.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*