Assetto Corsa Competizione : Solide sur PS4/ONE mais pas à la hauteur de la version PC

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Prendre l’aspiration pour dépasser ses ainés. Kunos Simulazioni revient sur le devant de la piste cette année en proposant Assetto Corsa Competizione sur Xbox One et PS4, suite d’Assetto Corsa, sorti en 2015. Un nouvel opus ? Pas vraiment, disons un nouveau modèle. ACC a déjà fait son effet sur PC en mai 2019, et avait réussi son objectif : devenir la référence du sim racing avec un titre saisissant volant en main.
La bête roule désormais sur les plate-bandes des consoles estampillées Microsoft et Sony, non sans risque. Le tout est maintenant de ne pas se vautrer et proposer un titre qui atteint l’excellence de la mouture PC. En tout cas une chose ne change pas, il est nécessaire d’avoir un volant pour apprécier le titre dans les meilleures conditions possibles.
Conditions du test :
Ce test a été effectué sur la version console du titre (PS4, Xbox ONE) sur volant. Les captures vidéos proviennent de la Xbox ONE, les screenshots sont un mix des deux.
Sortie fin mai, la version PC n’a pas eu son test sur jeuxvideo.com. Ce test reprend donc en détail le contenu présent sur les moutures consoles. Cela dit, de nombreux points de comparaison seront utilisés dans cet article pour guider les connaisseurs du titre PC.
La dernière partie qui concerne le multi et l’eSport est encore incomplète. Nous attendons de tester en profondeur ce mode multi, dont les serveurs étaient logiquement vides avant la sortie du jeu ce mardi. La conclusion est donc susceptible d’être modifiée dès demain.
Assetto dit, Assetto fait ?
Dans une présentation du titre avec plusieurs membres du studio de développement, nous avons eu un sentiment mitigé sur le discours de Kunos. L’équipe concédait que le titre n’allait pas être au niveau des ordinateurs les plus puissants, mais reprendrait bien toutes les possibilités et sensations de l’ACC d’origine. Et sur ce point, force est de constater qu’Assetto Corsa reste droit dans ses bottes. Les sensations sont juste parfaites, la physique est irréprochables. Le retour de force est bien calibré au volant, les survirages et sous-virages sont réalistes tout comme le comportements des voitures en jeu. Concernant le ressenti selon les changements climatiques, on ressent la aussi les impacts physiques et techniques que subissent la voiture : l’usure des pneus est à surveiller, tout comme sa conduite à l’approche de zones humides sur la piste. A l’instar des récents jeux de courses qui bénéficient de cette technologies, la météo dynamique fait un bien fou.
Là ou s’affirme le titre dans le pur style simulation automobile, c’est sur le cadeau qu’il fait aux joueurs les plus exigeants. ACC propose une myriade de paramètres lorsque la voiture est en garage. Trois configurations sont préétablies, à savoir un paramétrage humidité, une configuration de base et une configuration agressive. Tous ces presets sont modifiables de A à Z, que ce soit au niveau des pneus, de l’électronique, de l’aérodynamisme… Pour perdre les moins tatillons, sachez par exemple que l’on peut régler la hauteur de caisse arrière à 72 mm, ou bien le carrossage du pneu avant gauche à -3°. Assetto Corsa Competizione devait être pointu, il l’est assurément.
Le son à défaut de l’image
Car l’ange se cache dans les détails. Chacun des 24 véhicules répartis en 14 marques a sa propre personnalité visuelle, technique et sonore. Quand bien même vous essayer différents modèles à première vue similaires (Lamborghini Huracan GT3, GT3 Evo et ST), deux tours de circuits vont feront ressentir les différences. Mention spéciale au rendu sonore, tout simplement incroyable. D’une belle finesse au niveau du sons des voitures, Kunos pousse le vice encore plus loin sur la piste : on entend même notre passage sur les bouts de gommes disséminés ici et là.
On est par contre un peu déçu du rendu de l’Unreal Engine 4 au sortir de notre test, visuellement parlant. Outre un aliasing assez facheux, ACC propose une composition graphique en deça de la version PC, pourtant sortie un an plus tôt. Rien d’alarmant, mais si vous passez d’une session sur un ordinateur gaming à une course sur PS4/One, la différence saute aux yeux. Si vous hésitez entre les deux moutures et que vous disposez d’un bon setup PC, Assetto Corsa Competizione PC est donc à privilégier. Le seul bon point sur console par rapport à son ainé concerne l’IA, bien plus réaliste.
Competizione fatto in Italia
Les Circuits disponibles d’Assetto Corsa Competizione
* Monza – Italie
* Brands Hatch – Royaume-Uni
* Silverstone – Royaume-Uni
* Paul Ricard – France
* Misano – Italie
* Zandvoort – Pays-Bas (nouveau circuit 2019)
* Spa – Belgique
* Nürburgring – la version circuit courte, la version longue et ses variantes ne sont malheureusement pas présentes
* Hungaroring – Hongrie
* Barcelone – Espagne
* Zolder – Belgique (circuit 2018)
* L’extension GT pas encore sortie ajoutera le Mont Panorama (Australie), Laguna Seca (USA), Suzuka (Japon) et Kyalami (Afrique du Sud)
Côté contenu, Assetto Corsa Competizione ne bouge pas d’un iota par rapport à la version PC. On retrouve le strict nécessaire, à savoir le mode championnat (Blancpain GT Series 2018 ou 2019, en sprint ou endurance), le mode un joueur, la carrière et le multi (course rapide et évenements spéciaux). Pas assez ? L’essentiel du jeu n’est pas vraiment là, l’envie de tester tous les modèles de bolides sur ces différents modes et circuits vous fera certainement dépenser de nombreuses heures de jeu. La petite déception vient du mode carrière, toujours trop impersonnel et fade dans l’enchaînement des courses. Un décalage par rapport à la profondeur du titre. Pour terminer sur les circuits disponibles
Comme évoqué dans notre encart en début de test, nous attendons d’avoir plus d’heures de courses dans les jambes avant de nous prononcer sur le mode multijoueurs. Mais si ce dernier s’avère aussi complet et fourni qu’annoncé, alors la bonne note adressée à cet ACC se verra sans doute gonfler d’un petit point. Le troisième mot de l’intitulé étant Competizione, il serait bête de ne pas valoriser la chose.
Des voitures modélisées à la quasi-perfection
Possibilités de paramètrages infinis sur la voiture…
…et sur la course (météo dynamique, type etc.)
Physique irréprochable
Les arrêts aux stands et gestion des dégâts
Un réalisme diablement exigeant…
…qui perdra certains néophytes
Certains bugs dans les stands
Quelques chutes de FPS sur Xbox One
Visuellement en-dessous de la version PC
La carrière a une marge de progression
Assetto Corsa Competizione est une grande simulation automobile. Par sa précision, sa technique et la densité des détails bolide par bolide, le studio Kunos Simulazioni confirme qu’il déverse sa passion sur la piste à chaque sortie de jeu. Cependant, cette mouture console déçoit graphiquement par rapport à son penchant PC sorti en mai 2019. On déconseille donc à quiconque dispose d’un ordi de compétition de se ruer sur ces versions One et PS4. Pour ceux qui n’ont pas le choix, ce mois de juin est l’occasion de ressentir l’exigeance made in Assetto Corsa.
16

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*