L’Union européenne doit imposer l’interopérabilité aux géants du Web

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

La Commission européenne s’apprête à lancer un nouveau débat législatif sur les hébergeurs Web. Depuis 2000, ces hébergeurs sont protégés par la directive e-commerce, adoptée alors qu’Internet posait sans doute moins de problèmes juridiques qu’aujourd’hui. Les règles étaient simples : un hébergeur n’est pas responsable des informations qu’il stock s’il reste « passif » – s’il ne fait rien d’autre que stocker des informations fournies par ses utilisateurs.

Depuis 2000, de nouveaux acteurs sont apparus, Facebook et Google en tête, soulevant de nouveaux enjeux tant juridiques que politiques. Ces nouvelles plateformes sont-elles vraiment « passives » ? Sont-elles devenues trop grosses ? Doivent-elles être corrigées, détruites ou encore quittées ?

La Commission européenne souhaite recueillir l’avis d’une multitude d’acteurs à ce sujet. Il semble bien difficile d’anticiper ce sur quoi débouchera ce processus. Mais les enjeux sont si complexes et larges que ce débat pourrait bien aboutir à l’une des lois européennes dont les conséquences seront parmi les plus lourdes. Notre réponse à la consultation de la Commission est courte et simple.

Réponse à la consultation publique sur le Digital Service Act

S’il faut remettre en cause le régime des hébergeurs Web, la question centrale concernera les plateformes géantes, telles que Facebook, Youtube ou Twitter, qui jouent un rôle de plus en plus actif et nuisible dans la hiérarchisation des informations qu’elles diffusent. Leur « économie de l’attention » semble favoriser les échanges les plus virulents et polémistes au détriment des discussions argumentées et d’entre-aide.

En appliquant strictement la directive e-commerce, ces plateformes géantes pourraient être responsables de la quasi-totalité des informations qu’elles diffusent. Dans ces conditions, il est difficile d’imaginer que ces entreprises pourraient continuer d’opérer en Europe. Si cette conclusion serait bénéfique sur le long terme, il serait dangereux d’y arriver brusquement : des millions d’utilisateurs se retrouveraient soudainement privés de leurs moyens principaux de communication.

L’urgence est de permettre à ces utilisateurs de quitter dans les meilleures conditions ces plateformes géantes qui les maintiennent actuellement captifs et dont le modèle économique est fondamentalement contraire au droit et aux valeurs européennes, que ce soit en matière de données personnelles ou de liberté d’expression.

Obligation d’interopérabilité

Tout service d’hébergement, tel que défini à l’article 14 de la directive 2000/31, qui est fourni à des fins lucratives et dont le nombre d’utilisateurs est d’une grandeur significative doit être interopérable.

Un service est interopérable si, par l’application de standards techniques adéquats, il permet à ses utilisateurs d’échanger des informations avec les utilisateurs de services tiers qui appliquent ces mêmes standards.

Des standards techniques sont adéquats s’ils sont documentés, stables et conformes à l’état de l’art et qu’ils ne peuvent être modifiés de façon unilatérale.

Les utilisateurs d’un service interopérable peuvent échanger des informations de la même façon et aussi simplement avec les utilisateurs de ce même service qu’avec ceux des services tiers qui appliquent les mêmes standards.

Le respect de cette obligation est assuré par l’autorité visée à l’article 5 du code des communications électroniques européen, qui peut prononcer à cette fin amendes, astreintes et injonctions.

Explications

Plus de liberté

Cette obligation permettra aux internautes de quitter les plateformes géantes sans payer le coût social, souvent prohibitif, de perdre contact avec leur famille, amis, collègues ou réseaux d’entre-aide. Les internautes pourront rejoindre d’autres plateformes équivalentes depuis lesquelles ils et elles pourront continuer de communiquer avec leurs contacts restés sur les plateformes géantes.

Une fois partis, ces internautes n’auront plus de relation contractuelle avec la plateforme quittée, ce qui leur permettra de mettre fin aux conditions imposées contre leur libre consentement en matière de traitement de données personnelles ou de censure d’informations légitimes.

Cette liberté permettra aux internautes de rejoindre les services tiers dont les règles de modération répondent au mieux à leurs attentes, tandis que les plateformes géantes apparaissent aujourd’hui incapables de protéger leurs utilisateurs, notamment à cause de leur taille bien trop grande.

Standards techniques

Les plateformes géantes n’auront pas à être interopérables avec n’importe quel service, mais seulement avec les services qui appliqueront les mêmes standards techniques qu’elles.

Ces standards ne devront pas pouvoir être modifiés régulièrement et unilatéralement par une plateforme géante, sans quoi celle-ci pourrait rendre l’interopérabilité irréalisable en pratique.

Les standards devront correspondre à l’état de l’art tel que reconnu par l’autorité de contrôle. Actuellement, le standard ActivityPub apparaît comme la base de travail la plus évidente et la plus simple. Toutefois, en théorie, rien n’empêchera les plateformes géantes de proposer leurs propres standards à l’autorité de contrôle.

Plus de maitrise

L’interconnexion entre une plateforme géante et un service tiers ne sera pas automatique mais se fera à la demande et dans les conditions de chaque utilisateur, qui sélectionnera les utilisateurs et services tiers avec qui communiquer.

Ainsi, les utilisateurs des plateformes géantes ne seront pas mis en difficulté par l’interopérabilité mais garderont tout le contrôle des personnes avec qui elles communiquent – si un utilisateur décide de ne pas bénéficier des possibilités permises par l’interopérabilité, alors celle-ci n’aura aucune conséquence pour lui.

De même, l’interopérabilité n’impliquera aucune obligation de modération supplémentaire pour les plateformes géantes dans la mesure où elles ne sauraient être tenues responsables d’informations partagées par des tiers avec lesquels elles n’ont aucune relation contractuelle ni d’aucune nature. Rien n’empêche toutefois les plateformes de modérer les messages d’utilisateurs tiers si elles souhaitent fournir ce service.

Un principe au cœur du Net

Le principe d’interopérabilité n’est pas nouveau mais, au contraire, aux sources même d’Internet, décentralisé, avant que de grandes plateformes ne s’imposent et ne deviennent si difficile à vivre.

Le principe du courrier électronique est un des plus anciens exemples d’interopérabilité : il ne serait aujourd’hui pas concevable de ne pas pouvoir communiquer avec une personne dont le courrier électronique n’est pas géré par le même fournisseur.

Ainsi, l’interopérabilité imposée aux plateformes géantes viendra parfaitement compléter l’interopérabilité déjà prévue en matière de communications interpersonnelles par l’article 61, §2, c, du code des communications électroniques européen.

État du débat en France

Notre proposition est défendue par une large partie de la sphère politique française. Le gouvernement la soutient, son secrétaire d’État au numérique, Cédric O, ayant déclaré à l’Assemblée nationale, lors de débat sur les règles de modération des grands réseaux sociaux, que « l’interopérabilité est une des solutions […] C’est à l’Europe d’imposer des règles en matière d’interopérabilité, comme elle l’a fait pour la protection des données ». Dans le même débat parlementaire, plus de 60 députés de droite comme de gauche ont déposé sept amendements visant à imposer et favoriser l’interopérabilité des grandes plateformes. En parallèle, le Sénat adoptait une proposition de loi « visant à garantir le libre choix du consommateur dans le cyberespace », notamment en imposant des obligations d’interopérabilité.

Ces initiatives législatives font suites à différentes positions de l’administration, telle que l’ARCEP, moteur dans ces avancées, ou la direction générale du trésor invite proposant des « obligations de développer des standards techniques facilitant l’interopérabilité des services et les possibilités de migration des utilisateurs […] lorsque des problèmes concurrentiels associés à une plateforme apparaissent structurels et durables et appellent donc une intervention continue pour être réglés ». Ces initiatives faisaient elles-même suite à une position commune de mai 2019 signée par 75 organisations françaises afin d’imposer l’interopérabilité aux géants du Web.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*