Nintendo : Pourquoi limiter la disponibilité de leurs jeux ?

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Super Mario Bros. souffle cette année ces 35 bougies. Pour l’occasion, Nintendo a proposé un Direct tout spécialement dédié à sa mascotte. Outre la nostalgie, l’éditeur a annoncé plusieurs jeux à venir, dont l’attendu Super Mario 3D All-Stars, avec un modèle de disponibilité pour le moins original. Celui-ci nous interroge sur les intentions de Nintendo quant à la richesse de sa ludothèque.
Nintendo limite la disponibilité de ses jeux
Pour fêter les prochains 35 ans de Super Mario Bros., Nintendo a largué une pluie d’annonces dans un Nintendo Direct tout spécialement dédié au plombier moustachu. Nous n’allons pas ici nous remémorer tout ce que la firme de Kyoto a dévoilé : nous vous invitons à lire nos autres articles qui résument la conférence. Nous souhaitons maintenant nous arrêter sur un jeu et une compilation présentés le 3 septembre dernier. Le premier, qui porte le nom de Super Mario Bros. 35 reprend l’épisode original sorti sur NES, mais jouable dans un mode battle royale avec 35 joueurs réels, ce qui ne manque pas de nous rappeler Tetris 99. Pour en profiter, une souscription à l’abonnement Nintendo Switch Online se montre inévitable. L’autre annonce, moins surprenante, est une compilation qui rassemble les trois premiers Super Mario 3D. Cette trilogie comprend Super Mario 64, Super Mario Sunshine et Super Mario Galaxy. Appelée Super Mario 3D All-Stars, elle arrive comme la suite logique de Super Mario All-Stars qui comportait les différents titres de la licence en 2D ainsi que des niveaux inédits en Occident.
Ces deux jeux partagent, en plus de célébrer des oeuvres qui ont marqué l’histoire, un système de distribution particulier. En effet, les titres cesseront d’être disponibles après une date bien précise. Super Mario Bros. 35 ne pourra être joué qu’entre le premier octobre 2020 et le 31 mars 2021. La collection des trois Super Mario 3D sera commercialisée le 18 septembre prochain, mais ne pourra plus être achetée à partir du 31 mars 2021, qu’il s’agisse de la version boîte ou celle dématérialisée de l’eShop.
Comment créer une pénurie
Si ce choix peut se défendre du côté du battle royale qui ressemble à un petit cadeau imaginé à l’occasion des 35 ans de la licence, difficile d’expliquer pourquoi la disponibilité de la trilogie 3D adopte une telle restriction. La limitation du nombre d’exemplaires physiques ne choque pas, car nous avons affaire à une édition spéciale et exclusive. Dans quelques années, elle finira très certainement par devenir un objet rare et une affaire pour les collectionneurs. Mais que ce recueil disparaisse de la boutique en ligne de Nintendo… voilà, au premier abord un fait étrange. La Switch ne profite pas de la rétrocompatibilité et les autres versions de ces jeux reposent sur des consoles qui ne sont plus vendues. De cette décision naît un sentiment de pénurie, même si celui-ci reste artificiel. Les joueurs et les joueuses risquent de se ruer rapidement sur la compilation de peur de louper cette opportunité. Rassurez-vous, une fois achetés, ces épisodes vous appartiennent pour de bon. Encore heureux.
Une surprise après le 31 mars ?
Mais que va-t-il se passer après cette date fatidique du 31 mars ? La première idée qui nous vient en tête c’est la commercialisation à l’unité des trois jeux Super Mario 3D, avec des prix moins avantageux. Autre piste, Nintendo pourrait lancer un nouveau cycle, où des titres cultes de sa ludothèque seraient en vente quelques mois, pour ensuite laisser la place à d’autres, tel un système de rotation. C’est un peu déjà ce que propose PlayStation et Xbox. Mais voyons les choses en grand : Nintendo pourrait (enfin !) se décider à gonfler son catalogue de console virtuelle qui aujourd’hui ne propose que des jeux NES ou SNES. Sous le modèle du Wii Ware à l’époque, nous profiterions des émulateurs de toutes les machines jusqu’à la Wii. Pourquoi pas la Wii U ? Parce qu’elle est trop récente et que ses meilleurs titres ont eu le droit à de nouvelles éditions sur la Switch comme Mario Kart 8 Deluxe ou encore Hyrule Warriors : Definitive Edition.
L’accès à une telle ludothèque pourrait arriver avec un abonnement au Nintendo Switch Online « Premium », un peu plus cher que l’actuel. La liste des jeux évoluerait avec le temps, certains titres seraient accessibles gratuitement avec cet abonnement tandis que d’autres, plus récents, profiteraient de réductions tarifaires, même si Nintendo se montre encore un peu frileux quant à la baisse de prix de ses propres créations. Cela vous rappelle quelque chose ? Le succès du service Xbox Game Pass pourrait en effet donner quelques idées à Nintendo. Et vu tous les hits accumulés depuis plus de 30 ans, le constructeur et éditeur japonais ne manquerait pas d’arguments pour vendre un tel service. La présence de titres cultes au Japon, mais n’ayant jamais traversé les frontières nippones pourrait aussi rendre l’offre très alléchante.
Si un tel projet voit le jour, la commercialisation de Super Mario 3D All-Stars et son compte à rebours prend sens. Nintendo ne veut pas s’autoconcurrencer mais créer plus d’engagement, sur le long terme, entre ses produits et les joueurs. C’est en tout cas l’idée la plus probable que nous nous faisons pour expliquer ce nouveau modèle économique encore étrangé à la société. Affaire à suivre.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*