USA, lettre ouverte contre la censure de média anarchistes

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Nous constatons depuis plusieurs années que la différence entre censure d’état et censure privée sur Internet s’efface, les gouvernements encourageant une centralisation toujours plus importante d’Internet entre les mains de quelques géants tel Facebook, Amazon ou Google.

La Quadrature dénonce depuis plusieurs années cette stratégie des états consistant à pousser l’ensemble de la population à utiliser des solutions centralisées pour ensuite pouvoir user de la capacité de censure de celles-ci, comme si elle était sienne, par le biais d’incitations, de loi ou de sous couvert de simple « bonne intelligence ». Ces politiques de modération sont inconstantes, arbitraires et se font à un coût humain important, les personnes employées pour la modération de ces gigantesques plateformes étant exposées à des images et textes traumatisants, peu soutenues psychologiquement et mal payées. Pire : cette réalité, intrinsèque à la taille de ces plateformes, dépassées par leur échelle nécessairement inhumaine, est donc inévitable.

La Quadrature du Net signe aujourd’hui une lettre ouverte reproduite ci-dessous contre un blocage arbitraire par Facebook dirigée contre deux importants média anarchistes anglophones (It’s going down et CrimethInc), nouvelle preuve – si elle était nécessaire ?– de la convergence de la censure sur Internet et appelle les citoyens à continuer à se saisir de solutions de communication décentralisée, chiffrées et libres.

Solidarité avec les médias anarchistes bannis par Facebook

Refusons l’argumentaire de Facebook qui, prétextant l’impartialité, s’aligne sur l’administration du gouvernement Trump pour supprimer les voix de militant·es et de médias associé·es aux mouvements contestataires de gauche.

En tant qu’éditeur·trices, auteur·trices, éducateur·trices, militant·es et médias, nous sommes très inquiet·es de la décision de Facebook de bloquer itsgoingdown.org, crimethinc.com et plusieurs autres éditeur·trices, auteur·trices et militant·es en raison de leur association avec l’anarchisme. Cette décision est explicitement motivée par des raisons politiques. Facebook étouffe leurs voix en raison de leurs convictions, et parce qu’ils offrent un lieu de rencontre et d’échanges pour les militant·es des mouvements sociaux de gauche.

Dans une déclaration justifiant les fermetures de pages, Facebook a reconnu que ces groupes n’ont aucun rôle dans l’organisation d’actions violentes, mais leur reproche de manière abstraite d’avoir « célébré des actes violents », et d’être « associés à la violence » ou « d’avoir des membres avec des modèles (statistiques) de comportements violents » – une description si large qu’elle pourrait désigner d’innombrables pages pourtant toujours actives sur Facebook. Les éditeur·trices et les auteur·trices anarchistes ciblé·es le sont en définitive en raison de leurs convictions politiques, et non à cause d’une quelconque violence. Si cette décision n’est pas contestée, elle créera un précédent qui sera utilisé encore et encore pour censurer toute parole dissidente.

Dans sa déclaration, Facebook classe les anarchistes dans la catégorie des milices d’extrême droite soutiens de l’administration Trump, liant ainsi deux groupes pourtant fondamentalement différents et opposés. Cela fait écho à la décision du procureur général William Barr de créer une unité opérationnelle du Ministère de la Justice dédiée à la répression des « extrémistes anti-gouvernementaux », qui cible aussi bien les fascistes auto-proclamés que les antifascistes, établissant une fausse équivalence entre les suprémacistes blancs qui orchestrent les attaques et celles et ceux qui s’organisent pour protéger leurs communautés contre ces attaques.

À une époque où les manifestations ont joué un rôle essentiel dans la création d’un dialogue, partout aux États-Unis sur le racisme, la violence et l’oppression, nous devons replacer ce blocage par facebook des pages et sites anarchistes dans le contexte des efforts continus de l’administration Trump pour réprimer les manifestations. Pendant des mois, Donald Trump a explicitement blâmé les anarchistes pour la vague mondiale de protestations provoquée par la violence policière permanente aux États-Unis. Il y a dix ans, les représentants de Facebook avaient fièrement vanté leur rôle dans les mouvements sociaux horizontaux qui ont renversé des tyrans en Égypte et ailleurs. Aujourd’hui, leur décision de bloquer les médias qui fournissent des lieux et des outils aux participant·tes des mouvements sociaux montre qu’ils se basent sur les signaux reçus du sommet des structures de pouvoir pour déterminer ce qui constitue ou pas un discours acceptable.

La décision de Facebook s’inscrit dans un schéma qui ira beaucoup plus loin si nous ne réagissons pas. Les lecteur·trices méritent de pouvoir entendre les voix de personnes impliquées dans les mouvements de protestation contre les violences policières et le racisme, y compris des voix controversées. Les auteur·trices et les éditeur·trices ne doivent pas être réprimé·es pour avoir promu la solidarité et l’autodétermination.

Nous vous invitons toutes et tous à vous joindre à nous pour condamner ces blocages et défendre la légitimité des voix des anarchistes en particulier, et des manifestant·es des mouvements sociaux en général.

Version originale

Stand with Anarchist Publishers Banned by Facebook

Oppose Facebook’s « both sides » narrative as they align with the Trump administration to suppress the voices of activists and media producers associated with left protest movements.

As publishers, authors, educators, activists, and media producers, we are deeply troubled by Facebook’s decision to ban itsgoingdown.org, crimethinc.com, and several other publishers, authors, and activists on account of their association with anarchism. This decision is explicitly politically motivated. Facebook is suppressing their voices because of their beliefs, and because they provide a venue for the perspectives of participants in left social movements.

In a statement justifying the bans, Facebook acknowledged that these groups have no role in organizing violence, but abstractly alleges that they « celebrated violent acts, » and are “tied to violence” or “have individual followers with patterns of violent behavior”—a description so broad that it could designate countless pages that remain active on Facebook. The anarchist publishers and authors in question are being targeted for reasons that are ultimately about political beliefs, not « violence. » If this decision goes unchallenged, it will set a precedent that will be used again and again to target dissent.

In their statement, Facebook categorizes anarchists with far-right militias that support the Trump administration, linking two groups that are fundamentally dissimilar and opposed. This echoes Attorney General William Barr’s decision to create a Department of Justice task force focused on “anti-government extremists” that targets self-proclaimed fascists and anti-fascists alike, drawing a false equivalence between those who orchestrate white supremacist attacks and those who organize to protect their communities against them.
At a time when demonstrations have played an essential role in creating a nationwide dialogue about racism, violence, and oppression, we must see Facebook’s ban on anarchist publishers in the context of the Trump administration’s ongoing efforts to clamp down on protest. For months, Donald Trump has explicitly blamed anarchists for the worldwide wave of protests precipitated by persistent police violence in the United States. A decade ago, Facebook representatives proudly touted their role in the horizontal social movements that toppled tyrants in Egypt and elsewhere. Today, their decision to ban publishers who provide venues and platforms for participants in protests shows that they are taking their cues about what should constitute acceptable speech from those at the top of the power structure.

Facebook’s decision is part of a pattern that will go much further if we don’t respond. Readers deserve to be able to hear voices from within protest movements against police brutality and racism, even controversial ones. Authors and publishers should not be suppressed for promoting solidarity and self-determination.

We call on everyone to join us in condemning this ban, and defending the legitimacy of the voices of anarchists specifically and protesters generally.

Signed,

Agency [anarchistagency.com]

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*