Yakuza : PC, Xbox Series X, VOSTFR… la stratégie à l’international de Sega

Origine de l'article : PRESSE NUMERIQUE .

Sega et le clan Tojo, fermement installés sur l’archipel nippon depuis 15 ans, lorgnent désormais sur les rives d’un occident plein de promesses pour étendre leur empire. La franchise Yakuza voit enfin les choses en grand et avance prudemment ses pions jeu après jeu dans l’espoir de conquérir de nouveaux marchés. Mais quelle est la stratégie mise en place par l’éditeur japonais et ses studios Ryu Ga Gotoku pour s’imposer à l’international ? La rédaction de jeuxvideo.com, en quête de réponses, s’infiltre.
En direct (ou presque) du Japon
La licence privilégie depuis ses débuts son marché domestique pour s’épanouir, et ne s’intéresse que dans un second temps au reste du monde. La sortie de chaque épisode et les délais séparant les versions japonaises de celles internationales sont autant de rappels édifiants de la politique éditoriale de Sega. Si le premier jeu Yakuza | sponsored=false ne met que neuf mois à effectuer la traversée, les jeux suivants peinent à atteindre l’occident avec pour point d’orgue Yakuza 5 qui prend à lui seul trois longues années pour sortir en France. Et pour cause, le Dragon de Dojima ne parvient pas à se faire une place en dehors du Japon ce qui incite Sega à être (trop) prudent et à compter majoritairement sur le marché japonais pour récupérer sa mise.
Le succès critique et commercial de Yakuza Zero : The Place of Oath redistribue les cartes à compter de janvier 2017 (date de sortie internationale de ce prologue). Sega prend alors toute la mesure d’une franchise à l’aura grandissante et compte bien profiter du retour en force du jeu vidéo japonais pour conquérir un marché lucratif. Cela passe dans un premier temps par une réduction significative des délais séparant les sorties des différentes versions. Toutefois, Rome ne s’est pas faite en un jour. Le chemin s’annonce long et parsemé d’embûches.
Yakuza Kiwami et Yakuza 6 : The Song of Life, sortis respectivement en août 2017 et en avril 2018, héritent de cette stratégie calendaire à la différence de Yakuza Kiwami 2 qui débarque chez nous seulement huit mois après le Japon. Mieux encore, le spin-off Judgment réduit le délai à six petits mois et pose un pied en terre promise fin juin 2019. Et Sega tente de maintenir le cap pour le prochain opus. Yakuza : Like A Dragon sera disponible d’ici fin 2020 dans nos contrées afin de coïncider avec le lancement des consoles de neuvième génération. Si les mois d’attente pour jouer au nouveau titre de la franchise sont encore à l’ordre du jour, l’effort consenti par l’éditeur est notable.
De nouveaux marchés à conquérir
La saga Yakuza est de fait une exclusivité de l’écosystème vidéoludique de Sony depuis les premières aventures de Kazuma Kiryu sur PlayStation 2. Pourtant, Sega commence timidement en 2018 à s’intéresser aux autres plateformes avec l’étonnante sortie de Yakuza Zero : The Place of Oath sur Steam. Yakuza Kiwami et Yakuza Kiwami 2, ce dernier étant développé sous “Dragon Engine”, lui emboîtent le pas au cours du premier trimestre 2019. La présence du second remake sur la boutique de Valve annonce un changement radical de stratégie, une stratégie ouvrant les portes d’un marché comptant 90 millions d’utilsateurs actifs mensuels (en avril 2019). A compter de ce jour, les projets développés avec le moteur maison des studios Ryu Ga Gotoku sont hypothétiquement compatibles sur PC… à savoir Yakuza 6 : The Song of Life, Judgment, et surtout le futur Yakuza : Like A Dragon.
Sega amorce ici un virage à 180° et achève sa transition en 2020 avec la sortie coup sur coup de Yakuza Zero : The Place of Oath et Yakuza Kiwami sur Xbox One en attendant l’arrivée de Yakuza Kiwami 2 courant 2020. Pour la première fois de son histoire, le clan Tojo s’associe avec la division “gaming” de Microsoft et accède à un nouveau parc de machines (estimé à 46,9 millions d’unités). Cette collaboration prend de l’ampleur lors de l’Inside Xbox diffusé en mai 2020. L’éditeur japonais profite de l’événement pour annoncer la sortie de Yakuza : Like A Dragon sur PC (Steam et Windows Store), Xbox One ET Xbox Series X. Ce nouvel épisode a même les honneurs d’intégrer le catalogue de jeux au lancement de la nouvelle console de salon conçue par la firme de Redmond. La conquête à grande échelle de l’occident peut débuter. Quid de la PlayStation 5 ? Rien n’a été révélé à ce sujet à l’heure d’écrire ce papier.
La barrière de la langue
L’absence de sous-titres dans les principales langues européennes, exception faite de l’anglais, empêche la série de s’imposer une bonne fois pour toute en occident. Sega intègre pourtant dans Yakuza sur PlayStation 2 une localisation française avant de faire volte-face et de se rétracter dès l’épisode suivant. Depuis, la franchise se contente d’une version internationale doublée en japonais et sous-titrée en anglais sans jamais répondre favorablement aux demandes incessantes des joueurs entre 2005 et 2019.
La franchise Yakuza est verbeuse par nature et exige un niveau confirmé d’anglais sous peine de passer à côté d’une partie, voire de la totalité de l’intrigue. Pouvoir découvrir un jeu dans sa langue maternelle apporte un confort de jeu inégalé et Sega semble avoir enfin pris conscience qu’une version internationale sous-titrée était synonyme de succès. Judgment est le premier projet à bénéficier d’un tel traitement avec des sous-titres disponibles en cinq langues occidentales (français, anglais, allemand, espagnol, italien). L’éditeur voit même les choses en grand et fait doubler en anglais les voix des acteurs afin de séduire les marchés américains et britanniques. En faisant cela, Sega s’adresse directement et dans leur langue respective à 1,132 milliard d’anglophones et 1,049 milliard cumulés d’hispanophones / francophones / germanophones / italophones (chiffres de 2018).
De son côté, Yakuza 6 : The Song Life cible lors de sa sortie en décembre 2016 l’Empire du Milieu et pour ce faire propose des sous-titres en chinois traditionnel. Yakuza : Like A Dragon reprend le flambeau trois ans plus tard et ajoute le coréen toujours dans l’optique de s’implanter en Asie. Mais qu’en est-il des langues européennes ? Cet épisode suivra-t-il la voie de Judgment en occident ? Sega tarde à communiquer sur ce point. Le contraire serait néanmoins étonnant. PCB Productions, la société en charge des doublages anglais du spin-off, travaillerait selon les dernières fuites sur le projet de Sega. Quant aux sous-titres en anglais, français, allemand, espagnol et italien… il n’y a qu’un pas à faire pour les studios Ryu Ga Gotoku.
Un nouveau départ
Distribuer ses jeux sur PC et consoles modernes, sous-titrer ses productions et réduire les délais d’attente sont trois des piliers sur lesquels bâtir un empire solide en occident. Toutefois, un quatrième… tout aussi essentiel… est trop souvent laissé-pour-compte. Les éditeurs doivent impérativement tendre la main aux joueurs et dépoussiérer des franchises parfois vieilles de plusieurs lustres. La saga Yakuza, riche de huit épisodes principaux et un spin-off, fêtera ses 15 ans en décembre 2020. Dans ces conditions, cette dernière devient rapidement imperméable aux néophytes qui face à la richesse d’un tel univers hésitent, temporisent et souvent jettent l’éponge.
La décision de produire un spin-off, lié à la série principale par certains personnages, le quartier de Kamurocho et son contexte mafieux s’avère donc judicieuse. Judgment met entre parenthèses une histoire dense aux multiples ramifications où chaque épisode enrichit, et souvent complexifie le lore, afin de rendre la licence Yakuza accessible au plus grand nombre. Sega poursuit dans cette voie avec Yakuza : Like A Dragon. Ce projet proche du “soft reboot” se prive dans les grandes lignes d’une figure iconique, celle de Kazuma Kiryu aka le Dragon de Dojima, au profit du pimpant Ichiban Kasuga et d’un récit flambant neuf fidèle à l’esprit de la série. Les Studios Ryu Ga Gotoku transforment également en profondeur le système de combat historique de la saga ; le traditionnel Beat’em All laissant place à un RPG au tour par tour. La franchise fait ainsi sa mue.
La stratégie de Sega pour implanter la saga Yakuza à l’international porte ses fruits. Les ventes à travers le monde de Judgment et celles à venir de Yakuza : Like A Dragon devraient conforter l’éditeur japonais dans sa récente politique éditoriale. L’avenir appartient en 2020 aux audacieux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*